Le domaine

L'histoire du château commence au Moyen âge.



1235

Adam, Vicomte de Melun, fait construire le château de Tournenfuye, forteresse composée de huit tours et entourée de fossés. Les fondations et une partie des fossés sont encore visibles de nos jours

De 1363 à 1409

Le seigneur de Tournenfuye est Jean de Montagu, secrétaire de Charles V, qui "le chérit beaucoup", puis de Charles VI qui le nomme surintendant des Finances. La fortune de Jean et l'influence qu'il a sur le Roi ne plaisent pas à tout le monde et tout particulièrement au duc de Bourgogne qui obtiendra qu'on "châtie" Jean de Montagu. Emmené à la prison du Châtelet, il est soumis à la question et exécuté à la hache aux halles de Paris le 17 octobre 1409. Ses biens sont confisqués.

En 1435

Le château revient à Elisabeth de Montagu, fille de Jean de Montagu, dont la mémoire a été réhabilitée. A la mort d'Elisabeth, sa sœur Jacqueline hérite du château. Elle épouse Jean V Malet de Graville. Les Malet débaptisent le château de Tournenfuye pour lui donner le nom du château qu'ils possédaient à Graville Sainte Honorine près du Havre et qui était tombé en mer.

En 1500

Louis MALET de Graville (1441-1519), futur Amiral de France, fait construire le manoir actuel. Il épouse Marie de Balzac. Leur fille, Anne Malet de Graville, aussi ravissante qu'intelligente, sera enlevée et épousée par son cousin, Pierre de Balzac, fou amoureux d'elle et qui craignait qu'elle n'ait trop de prétendants. Elle sera également l'amie d'honneur de Claude, la première femme de François 1er.

De 1599 à 1604

Catherine Henriette d'Entragues, fille de François de Balzac, habite le château. Son père favorisera ses amours avec Henri IV et ira même jusqu'à vendre sa fille au Roi pour la somme de 100.000 écus, en échange d'une promesse de mariage signée au cas où elle aurait un enfant mâle. Catherine donnera deux enfants au Roi (Henri de Verneuil et Gabrielle Angélique de Bourbon, tous deux légitimés) mais ne sera jamais Reine de France. François de Balzac complotera alors, dans le but de faire assassiner Henri IV ainsi que le Dauphin et sera exilé par Henri IV dans ses terres de Malherbes. C'est également vers 1600, que l'on verra surgir une belle demeure " briques et pierres ".

En 1680

Le château devient la propriété du Marquis de Fresnoy. Son fils aura deux épouses dont les tombes se trouvent encore dans l'église de la Celle. Sa deuxième épouse, Marie - Marguerite Lemoine, hébergera cinquante personnes dans le château durant le terrible hiver de 1784. A la mort du Marquis de Fresnoy, sa veuve épousera le Marquis de Fontanille qui, à la Révolution, refusera d'émigrer ; en reconnaissance de son civisme, le château sera totalement épargné.

En 1805

Le château est vendu par adjudication au Marquis d'Orvilliers, Pair de France. Il fait construire en 1806 deux ailes au château pour abriter ses bergeries de mérinos. A la mort du Marquis, sa veuve épouse le Comte d'Andlau dont elle aura une fille, la future Comtesse Savary de Lancosme (1811-1888).

En 1863

La Comtesse Savary de Lancosme fait restaurer le château. Elle le surélève d'un étage, supprime les deux ailes et comble une partie des fossés. La Comtesse sera également une grande sylvicultrice et laissera planter de nombreux sapins que l'on peut encore admirer de nos jours. Sa fille épousera le Comte d'Orglande qui deviendra le propriétaire en 1888 et vendra à son tour Graville à Monsieur Georges Rouliot en 1903. Les propriétaires actuels sont ses arrières petits-enfants et plus particulièrement Jérôme et Diane des Diguères.